Faire du sport est une très bonne chose pour améliorer votre santé. Il participe notamment à la perte du poids ou encore à l’amélioration du rythme cardiaque. Cependant, ce second bienfait du sport peut totalement disparaitre si l’on fait du sport lors d’une alerte pollution. En effet, le sport t la pollution ne font pas bon ménage comme on pourrait dire. Il existe de véritables risques pour la santé à pratiquer une activité physique lors d’un pic de pollution.

Pourquoi est-il dangereux de faire du sport en période forte de pollution ?

Il est important de savoir quels sont les endroits les plus pollués d’ailleurs. Et comme on peut s’en douter, il s’agit des grandes villes et des grandes métropoles. Soumises à un fort trafic automobile et à une forte industrialisation, l’air de ces grandes villes n’est pas toujours le meilleur allié lorsque l’on veut respirer un grand bol d’air frais. Il est tout de même possible de faire du sport dans ces endroits mais il faut vraiment essayer de se rendre dans les espaces verts tels que les parcs ou les lieux éloignés des grands axes routiers. Car c’est bien vers ces routes que le pic de pollution est à son maximum. Et les effets sont vraiment néfastes sur la santé. D’ailleurs, tous les ans, ce sont 9 % des personnes qui meurent en raison de la pollution. Un chiffre colossal. Et si on reconnait les bienfaits de pratiquer une activité sportive afin d’améliorer sa condition physique et respiratoire, faire du sport dans un environnement pollué s’avère tout au contraire dramatique. L’explication est très simple. Lorsque l’on s’adonne à une activité physique, on respire plus vite et plus fort, jusqu’à cinq fois plus tout de même. On inspire donc une quantité plus importante d’air. Si cet air est pollué alors on comprend aisément que les risques se multiplient.

sport-et-pollution

Quelques conseils à mettre en œuvre

Il est donc inconcevable que de faire du sport soit plus dangereux pour la santé que de ne pas en faire, et pourtant lors d’une période de forte pollution c’est bel et bien le cas. Les sportifs doivent s’abstenir afin de ne pas inhaler de trop grandes quantités de produits nocifs. Les conséquences directes de ces inhalations sont une réduction de l’espérance de vie ainsi que des troubles respiratoires possibles. Alors comment faire si l’on habite en ville et que l’on veut faire du sport ? Il faut absolument s’éloigner des sources de pollution fortes telles que les axes routiers. La bonne idée c’est de se rendre en hauteur si c’est possible. La fausse bonne idée c’est de se rendre en salle, où la pollution est quasiment aussi forte qu’en extérieure. Dans ces périodes, il faut privilégier les sports d’endurance comme le vélo ou le running pour lesquels la respiration est moins forte que pour une activité intense. Enfin il est possible de modifier sa manière de respirer en privilégiant la respiration par le nez qui lui représente un très bon filtre naturel.